Intro: Living their sexuality mostly in hiding, the gays of Algeria are cautiously more evident, but face a reactionary social mentality. The penal code severely condemns homosexuality so gays are faced with major difficulties for meeting or socializing. The Internet is helpful but finding privacy is a problem.

 

Source: Gay Marocalgeria
By Slimane
September 13, 2010
Revised June 2015
[translation by F. Young]

Algeria News & Reports
Algeria Photo Galleries

 
Algiers
With its suburbs, its minarets and its streets where pedestrians stroll by, an air of tranquility lives in this city bathed by the sea and the sun. It is 10 a.m. Salim, 25, a hairdresser who looks like a model, leaves his home on foot to go to work. A resident of the popular Badjarah neighbourhood East of Algiers, he is one of the gays that live in hiding.



Although he smiles for his customers, he doesn’t hide his despair. “I wonder why I’m not like the others,” says the hairdresser. “Life is difficult. To escape the judgment of others, the only solution is discretion.” To confront his day-to-day worries, Salim devotes himself to his one and only joy, bodybuilding. “When I go to the gym, I feel radiant,” says the young man. “Sometimes, you can have fantastic encounters there.” He says that men sometimes connect at the gym, while, on the Internet, you can’t know who’s hiding beneath.

The Internet as First Step
Unlike some Arab-Muslim countries, in Algeria, gay sites are hardly ever blocked by the government. Many are the Internet users who surf the web to meet their Prince Charming. Farouk, 30, communications consultant, knows the system well. “On the Web, it’s about setting up rendezvous. In order not to be had, the best thing is to have a webcam, and to meet the person at a neutral place,” The Web is only the first step.

Just one concern: many gays live with either their family or their wife. As a result, precious few gays permit themselves to receive at home. Hotels are the sole alternative. “If we show up together at some hotels, the receptionist may find the situation fishy and prevent us from renting a room,” says the consultant. And that’s a lost cause, he says.

A Game of Cat and Mouse
If you can’t find a place, going to cruising areas is a last resort. And that’s where it gets complicated, even to the point of homosexuals being picked up by the police. Located in the city’s center, the main cruising areas are the stairs of the Pêcherie (“Sahat Souhada”) and the Kasbah. By nightfall, numerous gays run into each other there. Apart from the fact of playing cat and mouse with the police, they fear being the target of homophobic attacks. gay2

So the fairy tale could start to look rather like a nightmare. For it is also in this neighbourhood that many moderate Islamists live. It’s nice to go cruising there, according to Mahmoud, a young man of 26 years. “But though you can feel the fresh air, basically, it’s a prison.” He says that it’s hard to free oneself up, but the cruising areas are the only places to which gays have access. Like many young homosexuals, Mahmoud faces difficult social circumstances. With a meagre budget, he can only meet his basic needs.

“If I could afford to leave the country, I would have done it some time ago,” says the young man.”Society rejects us and religion condemns us. In all of this, nobody listens to us.” To overcome the extreme precariousness of his situation, education remains the only remedy. “The only solution is professional success. The more helpless I feel, the more I give myself the means to fight.”

The Nightclub is a Luxury
Hydra is a wealthy neighbourhood on the heights of the capital. It is in this upscale neighbourhood where is found the main unofficial (officially, Algeria has no gay places. Ed.) gay venue, the Cappucino bar. On the terrace, families devour shawarmas (the equivalent of kebabs Ed.), while the gays and lesbians of the capital gather upstairs.

Most of them have known Paris and the Marais [Paris’ LGBT district Tr.]. The atmosphere is rather laid-back. Looking relaxed, young people spend their evenings laughing and getting to know each other. Here, you can have a better time than in Paris. “Although gays have no freedom, everything’s fine at the Cappuccino,” is how Lotfi, a Commerce student, sums it up. But isn’t it just a facade?



Thirty or so people squatting at the bar are not capable of representing a significant part of the LGBT community living in Algeria. After the bar closes at 3 a.m., the party continues. Driving down the hill in cars that smell like new, the most affluent gays spend their time going to nightclubs. The Pacha nightclub adjoining the prestigious El Djazair hotel (the former Saint-Georges) becomes the second headquarters of Cappucino’s aficionados. “This is where the sexiest men of the capital are. On top of that, people are open and welcoming,” says Lotfi. It’s a blast like at the Queen in Paris, he says. But, of course, cover charges remain a luxury for many young people across the country.

The Health Question
The situation of LGBT people in Algeria is worrying. Along with concerns relating to gender identity, the gay community must face an upsurge of HIV and STI (sexually transmitted infections) cases. To date, two thousand people with HIV have been reported in Algeria. Stigmatizing people with AIDS, the population cruelly exacerbates a culture of rejection and contempt.

As everywhere, homosexuals are among the most affected. “Prevention is starting to take off in relation to gays in Algeria,” says an activist of a local association. “With the Aides Maghreb association, we are setting up a project to promote prevention with this category.” Not being clearly informed about the risks of HIV, homosexuals are in a way the “martyrs” of the disease. To deal with this affliction, Yahia and his team are calling for international solidarity.

Neither the state nor the politicians, much less the Algerian population, have any sensitivity towards the gay community. The homosexuals long for only one thing: to go far away, to escape a society that causes them so much pain. For them, patience continues to be the only way to face this sexual crisis. Will they have enough courage to face up to their difference? Like LGBT’s everywhere in the Muslim world, they wait for one thing only, change. Will President Barack Obama’s slogan, “Yes, we can,” catch on in this country where the people have suffered so much?

A Symbolic Commemorationalg_lgbt_poster
On October 10, Algeria’s LGBT community commemorates an international day for LGBT rights in Algeria. The Algerians of the Maghreb and the North Africans living in France and Belgium come together in thought by lighting a candle at home, in their house, in their bedroom, discreetly, so as not to get caught by anti-LGBT or homophobic parents, neighbours or others. The most daring ones light one up on the balcony or in the living room.

A Website to Discover
GLA (“Gays et Lesbiennes d’Algérie” – gays and lesbians of Algeria) is a forum founded by a group of friends whose objective is to unite the community, promote the activities of associations directed toward LGBT’s, and discuss matters of interest, regardless of the sex, race, religion and especially the sexual orientation of members.

Gay Algeria Links
Gays et Lesbiennes d’Algérie
Algerian Gay Organization
Africa Activist Alliance
LGBT Rights in Algeria
Gay bars in Algeria

Story: My Escape from Homophobic Hell in Algeria
Story: Being Gay in Algeria today (2010) Eng & Fr

Book: Sexuality in the Arab World
Book: Islam and Homosexuality
Book: Unspeakable Love by Brian Whittaker

Report: Male rape as suicide bomber coercion
Report: Persecution of Homosexuals in Algeria

—————-  En Francais

Etre gay en Elgeris aujourd’hui

Source: Gay Maroc
By Slimane
September 13, 2010
[translation by F. Young]

Vivant leur sexualité dans la clandestinité, les gays d’Algérie, occupent de plus en plus l’espace public et font face à une mentalité réactionnaire. Dans ce pays, où le code pénal condamne durement l’homosexualité, les gays sont confrontés à de sévères difficultés. A côté de cette bataille sexuelle, se joue aussi un combat social, déterminant pour leur avenir.

Alger : Avec ses faubourgs, ses minarets, et ses rues où déambulent les passants, un air de paix réside sur cette ville baignée par la mer et le soleil. Il est dix heures du matin. Salim, 25 ans, coiffeur aux allures de mannequin, quitte à pied son domicile afin d’aller au travail. Résidant le quartier populaire de Badjarah, à l’est d’Alger, il fait partie des gays qui vivent cachés.

Bien qu’il ait le sourire auprès de sa clientèle, il ne cache pas son désespoir.  » Je me demande pourquoi je ne suis pas comme les autres, assène le coiffeur. La vie est difficile ; pour échapper au jugement des autres, la seule solution reste la discrétion « . Pour faire face à ses soucis du quotidien, Salim s’adonne à un seul plaisir, la musculation.  » Quand je vais à la salle de sport, je me sens radieux. Parfois, on peut faire de formidables rencontres. A la salle, les hommes créent parfois des affinités, alors que sur internet, on ne peut pas savoir qui se cache derrière  » raconte le jeune homme.

Internet n’arrange pas les choses : Contrairement à certains pays arabo-musulmans, en Algérie, les sites gays ne sont guère bloqués par l‘administration. Nombreux sont les internautes qui surfent sur le web pour rencontrer leur prince charmant. Farouk, 30 ans, conseiller en communication, connaît bien le système.  » Sur le web, il s’agit de faire de la prise de rendez-vous. Pour ne pas se faire avoir, le mieux, c’est d’avoir une webcam, et de donner rendez-vous à la personne sur un lieu neutre « .

Le système web n’est que la première étape. Un seul souci, la galère. Beaucoup de gays vivent soit en famille soit en couple avec leur femme. De ce fait, rares sont les gays qui peuvent se permettre de recevoir. Seule alternative : l’hôtel.  » Si on se présente à deux dans certains hôtels, le réceptionniste peut trouver que la situation est louche et nous empêcher de louer une chambre, et là, c’est cause perdue pour les gays « , déclare le conseiller.

Jeu de chat et de souris : Quand on ne trouve pas d’endroits, l’ultime solution est la fréquentation des lieux de dragues. Et là, la situation se complique, au point de voir les homos se faire embarquer par la police. Situés au centre, les principaux lieux de dragues sont l’escalier de la Pêcherie, du nom de Sahat Souhada, ainsi que la Kasbah. Dès la tombée de la nuit, les gays sont nombreux à s’y croiser. Mis à part le fait de jouer au chat et à la souris avec la police, les homos craignent d’être la cible d’agressions homophobes. Le conte de fée pourrait donc avoir des allures de cauchemar.

Car c’est aussi dans ce même quartier que résident de nombreux islamistes modérés.  » Venir draguer, c’est bien. Mais même si on ressent l’air frais, dans le fond, c’est une prison, affirme Mahmoud, jeune homme de 26 ans. On a du mal à se libérer, mais les lieux de dragues sont les seuls endroits accessibles  » . Comme beaucoup de jeunes homos, Mahmoud est confronté à des difficultés sociales. Disposant d’un maigre budget, il ne peut que satisfaire ses besoins primaires.  » Si j’avais les moyens de quitter le pays, je l’aurais fait depuis un certain moment, déclare le jeune homme. La société nous rejette et la religion nous condamne. Dans tout ça, personne ne nous écoute « .

Pour faire face à cette situation d’extrême précarité, l’instruction reste le seul remède.  » La seule solution, c’est la réussite professionnelle. Plus je me sens démuni, plus je me donne les moyens de me battre « .

La boite de nuit : un luxe ! Hydra, quartier riche situé sur les hauteurs de la Capitale. C’est dans ce quartier huppé que se situe le principal endroit gay officieux ( sic : officiellement, l‘Algérie ne compte aucun endroit gay ), le bar, le Cappucino. A la terrasse, les familles dévorent des chawarma ( équivalent du kebab, NDRL ), tandis qu’à l‘étage, les gays et lesbiennes de la capitale se rassemblent.

Pour la plupart, ils ont connu Paris et le Marais. L’ambiance est plutôt bon enfant. Détendus comme ils ont l’air, les jeunes passent leur soirées à rigoler et à se connaître.  » Ici, on peut passer de meilleurs moments qu’à Paris. Bien qu’il n’ y ait pas de liberté pour les gays, tout se passe bien au Cappuccino  » résume Lotfi, étudiant en Commerce. Mais ne serait-ce pas juste une façade ? Etant une trentaine à squatter le bar, ils ne sont pas à même de représenter une part importante de la communauté LGBT établie en Algérie. Après la fermeture du bar, à 3 heures du matin, la soirée continue.

Descendant la côte à bord de leurs voitures sentant le neuf, les gays les plus aisés passent leur temps à fréquenter les boîtes de nuit les plus denses. Le Pacha, night club côtoyant le prestigieux hôtel, El Djazair ( ancien Saint-Georges ), devient le deuxième quartier général des aficionados du Cappuccino.  » C’est là où y a les hommes les plus sexy de la capitale. En plus, les gens sont ouverts et accueillants, affirme Lotfi, on s’éclate comme au Queen à Paris « . Or, se payer un droit d’accès en boîte, reste bien sûr un luxe pour beaucoup de jeunes à travers le pays.

La santé en question : La situation des LGBT en Algérie est préoccupante. A côté des soucis relatifs à l’identité sexuelle, la communauté homosexuelle doit faire face à la recrudescence des cas de VIH et d‘IST ( Infections sexuellement transmissibles ). A ce jour, deux mille personnes séropositives sont recensées en Algérie. Stigmatisant les sidéens, la population intensifie de façon cruelle la culture du rejet et du mépris. Parmi les plus touchés, on retrouve comme partout : les homosexuels.  » La prévention à l’égard des gays commence à décoller en Algérie, déclare un activiste d’une association locale.

Avec l’association Aides Maghreb, on met en place un projet visant à favoriser la prévention auprès de cette catégorie « . N’étant pas clairement informés des risques du VIH, les homosexuels sont en quelque sorte les  » martyrs  » de la maladie. Pour faire face à ce fléau, Yahia et son équipe en appelle à la solidarité internationale.

Ni l’Etat, ni les politiques, et encore moins la population algérienne ne porte une sensibilité à l’égard de la communauté gay. Les homosexuels n’ont qu’une seule envie : partir loin, de manière à échapper à une société qui leur fait tant de mal. La patience reste pour eux le seul moyen de faire face à cette crise sexuelle. Auront-ils assez de courage pour affronter leur différence ? Comme partout dans le monde musulman, les LGBT, n’attendent qu’une seule chose : le changement. La devise du président américain, Barack Obama :  » yes, we can  » , fera-t-elle recette, dans ce pays où le peuple a tant souffert ?

Une pensée : La communauté LGBT d’Algérie commémore tous les 10 octobre une journée internationale pour les droits LGBT en Algérie. Les Algériens et Algériennes du Maghreb, les beurs de France et de Belgique se retrouvent par la pensée en mettant à brûler une bougie chez eux, à la maison, dans leurs chambre, discrètement pour ne pas se faire pincer par les parents, voisins ou autres anti LGBT ou homophobes. Les plus hardis d’entre eux en mettent une à brûler sur le balcon, ou au salon.

Un site à découvrir : G.L.A ( Gays et Lesbiennes d’Algérie ) est un forum fondé par un groupe d’amis, dont l’objectif est de rassembler la communauté, promouvoir les activités des associations à orientation LGBT, échanger sur les sujets qui les intéressent, quel que soit le sexe, la race, la religion, et surtout, l’orientation sexuelle des membres.